magic + drawings – didier marcel

10 janvier – 7 février 1998

Pour sa première exposition de l’année, la Galerie Interface a choisi d’inviter Didier Marcel. Face aux contraintes de l’appartement galerie, il répond par une double proposition qu’il intitule Magic + Drawings. Cette proposition investit deux pièces par le sol qu’il revêt d’une moquette bleue qui joue sur le privatif de l’espace et qui, simultanément, devient socle ou surface accueillante de son travail. Magic, c’est le titre d’une sculpture circulaire en inox poli miroir qui porte en son centre un cube de plâtre. L’espace s’en trouve à la fois saturé et libéré. Saturé par le volume occupé. Libéré là où le monumental s’annule dans la surface réfléchissante du miroir et nous renvoie à des images connues : tables de salon, bassin…

pat bruder // CHIMÈRES

14 novembre  14 décembre 1997

Le travail de Pat Bruder est un travail de construction. Les constructions ” décoratives” investissent l’espace de façon variées : peinture murale, photographie, dessin, sculpture, etc. Les motifs ornementaux sont utilisés en raison de leur potentiel visuel et de leur visibilité universelle. L’œuvre se veut donc accessible. Par ailleurs une atmosphère ludique habitent les travaux même, si en arrière plan quelque chose de plus sombre se déploie sur un registre que l’on pourrait qualifier de poétique. signifié par le titre de l’exposition. L’artiste en jouant de cette dualité, nous propose donc une œuvre généreuse, résolument visuelle et ouverte.

 

marika bührmann

30 octobre  1er novembre 1997

« Donne-moi la main Je te donne… mon cœur » Ou « Le jeu du Tourniquet » (sculpture sonore) est la retranscription d’une performance réalisée en 1996, dans ma chambre. Je tourne sur moi-même de plus en plus vite selon le principe d’un jeu d’enfant que l’on nomme « Tourniquet » qui consiste à entrainer quelqu’un dans une ronde de plus en plus violente, jusqu’à la chute. Je réalise l’action seule et porte alors un petit dispositif d’enregistrement à proximité du cœur et de la bouche… « Donne-moi la main Je te donne… mon cœur » est le simple fragment d’une petite prière enfantine. L’enregistrement est retravaillé sur quatre pistes pour reconstituer le cercle ultime de l’acte ; accentuer la fragmentation de la voix et de la respiration. C’est d’abord le chuchotement du chant puis la voix, le souffle, la respiration se confondent… Le rythme comme vertige d’un spasme… Le corps parle… Comme une extase.

Marika Bührmann

 

art contemporain – Dijon