Archives de catégorie : pédagogie

projets en milieu scolaires, visites d’expositions pour les scolaires, ateliers enfants

fais pas ci, fais pas ça // ateliers 2013

Durant l’exposition Appartement de Simone Ruess
De drôle de carreaux : 15 juillet 2013
La trace de mes pas : 16 juillet 2013
Mon dessin animé : 17 avril 2013
Durant l’exposition That’s how strong my love is d’Hannah Dougherty
Illustration avec Wolf Elbruch : 16 juillet 2013 (atelier réalisé en partenariat avec la maison Rhénanie-Palatinat)
Post > atelier carte postale : 17 juillet 2013
Quel drôle d’oiseau : 19 avril 2013

fais pas ci, fais pas ça // ateliers 2012

exposition Surfaces Limites
Grâce à l’utilisation d’objets scientifiques oubliés et une grande connaissance de la physique, Pierre-Laurent Cassière invite le spectateur à solliciter d’autres sens que celui de la vue. Passionné de son, l’artiste propose une expérience sonore et physique basée sur l’utilisation des infra-bass.

exposition L’infini mis à la portée des caniches
Ce stage s’intéresse à l’identité d’une nation et à ses codes. Durant les trois ateliers nous proposons aux enfants de détourner ou d’imaginer de nouveaux codes et symboles (drapeau, cartographie du pays, le langage…

fais pas ci, fais pas ça // ateliers 2011

mardi 5, mercredi 6 et vendredi 7 juillet 2011

Chaque matinée s’articule autour de trois activités et débute par une promenade. Elles ont toutes pour point de départ ; l’observation du paysage urbain. Aussi, les enfants ont abordé les notions d’habitat, d’abris, de refuge, de propriété,
d’espace intime et d’espace public, d’architecture et d’urbanisation…
Chaque matinée se commence par la découverte de quelques œuvres de l’exposition nebenan de Katrin Ströbel. Nous observons les témoignages photographiques et graphiques des “flâneries” de l’artiste, les enfants se livrent à l’interprétation des éléments qu’ils observent et nous faisons des liens entre la pratique de Katrin Ströbel et les ateliers qui vont suivre. Les oeuvres de l’artiste Katrin Ströbel sont pour la plupart issues de ses “flâneries” et promenades. Comme de nombreuses personnes, pour découvrir une ville, Katrin aime se perdre et sortir des parcours touristiques. Aussi chaque matinée commencera par une promenade dans Dijon. A chaque trajet les enfants sont amenés à regarder la ville sous différents angles (regard d’ensemble puis soucis du détail). Les éléments recueillis lors de ces promenades matinales servent d’outils et constituent le point de départ des ateliers.

fais pas ci, fais pas ça // ateliers 2010

lundi 12 juillet  > le coup du hasard ?
Les activités de cette matinée prennent pour point de départ l’idée de l’expérimentation de la matière. L’un des sculptures étant en terre, nous travaillons avec l‘agile et tentons de donner forme à partir d’un processus de création commun. Dans un premier temps, nous fabriquons des ronds de différents diamètres. Ensuite nous disposons trois pétales sur une planche
que nous donnons à notre voisin qui lui viendra ajouter trois autres pétales et ainsi de suite. Cette manipulation permet de créer en groupe. Chacun doit composer avec la marque de l’autre. La notion d’auteur se dissout. Elle réapparait lorsque
chaque enfant se réapproprie une sculpture en lui donnant un titre.

¡Mani’fiesta ! LE MANIFESTE DE L’ABSURDITÉ CASTELLIENNE

JEUDI 22 AVRIL 2010

Mani’fiesta a débuté fin 2009 avec la découverte du travail de Joël Hubaut, concrétisée soit par une rencontre, soit par la visite de l’exposition Les ponpons de Dijon. Certains élèves ont réalisé une interview diffusée le samedi 16 décembre 2009 sur radio CultureS Dijon.

Comme dans chaque projet mené par le Lycée Le Castel et Interface, ¡Mani’fiesta ! se conclut par une restitution spectaculaire. Joël Hubaut, artiste connu, entre autres pour ses déclamations poético-provocatrices, le thème du manifeste s’est alors imposé. Ce sujet a permis de faire appel aux disciplines littéraires. Les élèves ont ainsi étudié les manifestes et formes d’écriture avant-gardistes.

fais pas ci, fais pas ça // ateliers 2009

13 – 15 – 17 JUILLET 2009

Ces ateliers chercheront à questionner le regard de l’enfant sur la peinture et les lieux d’exposition ainsi qu’à les sensibiliser, par l’expérience, à d’autres formes de pratiques plastiques. Les enfants seront amenés à regarder l’espace, les couleurs en refaisant ou expérimentant des notions présentes dans le travail des artistes. Des bilans visuels seront régulièrement proposés aux cours des trois matinées et une présentation générale au centre Tivoli est prévue à la fin de la semaine pour conclure le projet. Tout au long de la semaine, les enfants seront invités à travailler soit de manière individuelle soit en petits groupes en fonction des ateliers, et ce afin de les amener à une pratique autonome et à l’écoute de leur propositions.

championnat international de lancer de chaises // Lycée Le Castel

6 MAI 2008

Le projet porte sur la question de l’acte quotidien considéré comme une performance.

En déplaçant le regard porté sur l’acte ou sur l’objet, en changeant le point de vue (culturel, utilitaire, prosaïque,…), il devient alors possible de construire une relation nouvelle aux choses et de modifier nos comportements en faisant de ceux-ci (choses et comportements) les signes d’une expression artistique dans ce qu’elle pourrait avoir de plus anodin ou imperceptible. Prendre conscience que les variations infimes sur lesquelles repose notre perception peuvent nous plonger d’un univers à un autre sans que l’on y prenne garde.

le monde est petit

le monde est petit – septembre 2006- juin 2007

En 2007, trois établissements se sont rassemblés pour poser à travers la confrontation et la rencontre de l’autre, la question de l’identité individuelle et culturelle.  Au cours d’un après midi performance, puis dans le cadre de l’exposition à Interface des travaux réalisés pendant l’année, les élèves ont confronté leurs différentes pratiques artistiques, supports d’expression de leur identité.

La découverte de la démarche singulière de Latifa Echakhch, plasticienne d’origine marocaine qui travaille, entre autres sur cette thématique, et le dialogue avec l’artiste a donné toute la dimension du projet “le monde est petit”

Le projet fut mené avec deux classes de troisième (du collège des Lentillères et du collège André Malraux) et une classe de lycée (du lycée Le Castel).

Les enseignants ayant participé au projet sont Blandine David, Corinne Journo et Jean Clerc.