Archives par mot-clé : lefevre jean claude

lefevre jean claude rutault // lefevre jean claude & claude rutault

13 novembre 2010 – 08 janvier 2011

Le peintre agit dans l’espace, l’écrivain dans le temps. Peter Handke (citation extraite de lefevre jean claude, publications/éditions 1972 – 2007, centre des livres d’artistes, 2008)

Dans ses écrits, Claude Rutault insiste sur le fait que l’écriture fait partie de son activité créatrice, et que cette activité comporte une pratique théorique. En 1973, en peignant une petite toile sur châssis de la même couleur que le mur, il inaugure une démarche artistique radicale qui affirme la possibilité d’une peinture écrite. Si de 1973 à l’an 2000, Claude Rutault n’a pas cessé d’écrire de nouvelles définitions/méthodes, depuis quelques années, il a entrepris de repeindre, à la peinture blanche ou grise, plusieurs centaines d’œuvres sur papier réalisées entre 1958 et 1974. Ces dernières sont documentées et intégrées dans la réalisation des définitions/méthodes.

l’appel de la mariée // GÉRARD COLLIN-THIÉBAUT, JÉRÔME CONSCIENCE, JEAN DUPUY, JEAN-FRANÇOIS GUILLON, YVAN LE BOZEC, LEFEVRE JEAN CLAUDE, LETARIS, LAURENT MARISSAL & SERGE STEPHAN

11 JUIN  icon-arrow-circle-right  23 JUILLET 2005

Marcel Duchamp a eu une importance capitale dans l’art du XXème siècle. Aujourd’hui encore, de manière affirmée ou plus sous jacente, sa réflexion est présente dans le travail de nombreux artistes. L’exposition L’appel de la mariée n’est pas pensée comme une démonstration frontale d’une filiation, elle s’inscrit dans une volonté de mettre en avant un « esprit Marcel Duchamp » dans le travail de créateurs actuels. Cet esprit peut-être présent de manière formelle mais il l’est aussi dans la conception même de l’œuvre en tant qu’objet discursif, dans l’importance du langage comme moyen de faire vivre l’œuvre au-delà de son espace physique, dans un espace mental. Cette exposition tente de centrer son objet sur des œuvres à la potentialité discursive clairement efficiente, des œuvres qui jouent avec la (dé)construction du langage, du mot et qui interroge le « regardeur » au-delà de la représentation de l’objet.