en ce moment // Solutions pratiques, Solutions non pratiques // Robert Milin

13 juin  20 septembre 2015

vernissage • samedi  13 juin 2015 à partir de 18h

Fermé du 21 juillet au 24 août• ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h

Solutions pratiques, Solutions non pratiques

A la galerie Interface, Robert Milin présente pour la première fois une exposition entièrement consacrée à son œuvre intitulée : Solutions Pratiques et Solutions Non Pratiques.

Le fil conducteur de cette œuvre est la solution pratique, c’est-à-dire une petite invention permettant de régler un problème dans l’espace du quotidien (cuisine, salle de bain, chambre jardin…). Ce problème sans être intime est suffisamment particulier pour que le design ne s’en soit pas emparé. Pour Solutions Non Pratiques, les inventions cette fois-ci sont plutôt constitutives de « ratés » et d’équivalents à l’idée du « provisoire qui dure ».

Hraïr Hratchian – Saudaá Group // concert Sabotage /// 29 juin 2015

Lundi 29 juin 2015 à 19h   

HRAÏR HRATCHIAN (Doudouk solo / Ca) :

Hraïr Hratchian est un musicien et artiste visuel d’origine arménienne résidant à Montréal. Il travaille actuellement à une série de solos qu’il interprète au doudouk, son instrument de prédilection, accompagné de bandes-son atmosphériques. Ancien pilier du collectif expérimental culte De La Caucase et figure majeur de la scène de Montréal, Hraïr a collaboré avec Jerusalem in my Heart, Carla Bozulich ou encore Einstuerzende Neubaten.

http://hrairhratchian.com/

SAUDAÁ GROUP (Orgue de barbarie solo / Fr) :

Sous des formules acoustiques variables, le “Saudaá Group” interroge la dimension poétique de la musique, par une approche contemporaine de l’orgue automatique à cartons perforés, et par la production de textures sonores puissantes et répétitives. Tout premier ordinateur, ancêtre de la musique assistée par ordinateur mais aussi catalyseur de liens sociaux, cet instrument ancien est plus que jamais ancré dans notre temps. Un projet à la recherche du mystère mécanique.

Impression soleil couchant // Pierre Beloüin & P. Nicolas Ledoux

18 avril 23 mai 2015

vernissage • samedi  18 avril 2015 à partir de 18h

Impression soleil couchant

Aborder l’espace d’un appartement comme espace d’exposition est un glissement qui correspond à nos pratiques artistiques, celle du déplacement en particulier, du décalage aussi, de la confusion, du mélange des genres. 
Ni duo, ni solo, nous intervenons ensemble, pour et à l’encontre, imaginant des protocoles, des formes, des positions qui se figent dans le cadre de l’exposition, comme un instantané d’une relation étrange, d’un dialogue en échos, d’une expérimentation floue. 
La finalité n’est pas de produire des œuvres mais une succession d’éléments, éphémères ou non : textes, formes, objets, affiches, sons, images, cartons d’invitations, vidéos… Qui documentent avec plus ou moins d’adhérence une réalité – avec le temps – de plus en plus fictive.
Nous déménagerons donc… Avec nos affaires.
Il a fallu discuter, beaucoup, pour savoir comment et pourquoi, échafauder des scénarios, inscrire cette occupation inédite dans notre histoire.

On a conclu, à la manière de signer un bail : On laissera l’appartement blanc.

hugo capron, marianna capuano, miléna cortet, pierre larive, clément rousseau, shin-yu liao // Tenir/Trouer les murs

26 mars  09 avril 2015

vernissage • jeudi 26 mars 2015

hugo capron • marianna capuano • miléna cortet • pierre larive • clément rousseau • shin-yu liao

Tenir/Trouer les murs

Dans le roman fantastique de Danielewski, La Maison des feuilles 1, les murs de la maison semblent se déplacer, ouvrant des espaces, des trous sombres dans lesquels plonger fait découvrir des mondes inconnus. C’est là que se forment des images plus mentales que concrètes, là d’où celles-ci peuvent aussi sortir. Comme le précise Fernand Deligny à propos de son film Le Moindre geste : …surtout, n’oubliez pas les trous. S’il n’y a pas de trous, où voulez-vous que les images se posent, par où voulez-vous qu’elles arrivent ?

Ainsi, les six artistes présentés en cette fin mars 2015 à la Galerie Interface pourraient-ils se rassembler sous les auspices de ces deux auteurs, évoquant leur statut ambigu de « jeune artiste », statut autrefois dévalorisant et maintenant au sommet de la considération.

  1. Mark Z. Danielewski, La Maison des feuilles, trad. Christophe Caro, Paris, Denoël, 2002.  (back)

antoine nessi & paul paillet // Monuments pour la société cauchemardesque

31 janvier  07 mars 2015

vernissage • samedi 31 janvier 2015

Monuments à …..

“ Tout homme également avait le droit, dans sa vie quotidienne, d’être entouré de beaux objets. Il alliait cette conviction à un activisme socialiste qui l’a conduit de plus en plus à s’engager dans les mouvements d’émancipation du prolétariat, il voulait simplement mettre fin au système de production industrielle.”
Michel Houellbecq

archi’versaire

A l’occasion du 70ème anniversaire du C.O.S., Benedetto Bufalino est invité à mener un projet qui place en son coeur la rencontre entre générations.

Le mercredi 7 janvier 2015 dernier avait lieu la soirée anniversaire du C.O.S.
Au programme, il y eut : le dévoilement des maquettes, la lecture des capsules temporelles suivie des discours officiels & de la dégustation des galettes, réalisées par les élèves pâtissiers, dont les ornements étaient inspirés des maquettes.

fais pas ci, fais pas ça // ateliers 2014

L’art contemporain est perçu comme peu accessible sinon comme une pratique élitiste. Aussi, nous avons constaté que le jeune public avait peu accès aux pratiques contemporaines.
Dans l’appartement/galerie Interface, nous avons à cœur d’accueillir chaque personne comme si elle venait nous rendre visite et souhaitons ainsi démystifier la rencontre avec l’œuvre. Celle-ci doit être spontanée et décomplexée. Nous partons du principe et sommes convaincus que l’art contemporain est accessible à tous, aux plus petits comme aux plus grands.

exposition de Lise Duclaux
mardi 22 avril 2014 – matinée – vacances de pâques
mercredi 23 avril 2014 – vacances de pâques

exposition de Simon Feydieu
mardi 8 juillet 2014 – vacances estivales
vendredi 11 juillet 2014 – vacances estivales

exposition de Benedetto Bufalino
mardi 28 octobre 2014 – vacances de la Toussaint
mercredi 29 octobre 2014 – vacances de la Toussaint

Ces ateliers sont réalisés en partenariat avec le centre de loisirs Tivoli.

benedetto bufalino // Supervues 014

12   14 DECEMBRE 2014

L’hôtel Burrhus, hôtel atypique au cœur de Vaison-la-Romaine, est doté de 35 chambres, chacune d’entre elles possédant des dimensions, un mobilier et une atmosphère unique. Depuis 2007, le second week-end de décembre, l’hôtel Burrhus invite des institutions, centres d’art, lieux d’art contemporain, galeries, à réfléchir et à participer à la programmation de Supervues en  proposant à un artiste d’investir l’une des chambres de l’hôtel.

Cette année, nous avons invité Benedetto Bufalino.

Voir son exposition à Interface

daniel buren // BJRV in situ

8 novembre 2014   17 janvier 2015

vernissage •  samedi 8 novembre 2014

Daniel Buren : Rencontre avec un format

Une correspondance est née en 2012 avec un moment clé le 14 septembre 2013 lorsque je reçois par mail un long message de DB transmettant son projet pour la page centrale du journal horsd’oeuvre n°32.

Cette page blanche, que l’on offre comme support aux artistes invités, a toujours été pensée pour Interface comme une extension à son activité de programmation d’expositions. Là où les propositions se cantonnent parfois à son simple format (59,4 x 42 cm, ce qui n’est déjà pas si mal !), DB a laissé le champ ouvert à 4 possibilités, complexités d’impression de sa création. Les mots employés par celui-ci étaient déjà au-delà du format, au-delà du journal et son travail de mise en espace présent malgré ce support en 2D. La générosité et la liberté de produire l’une ou l’autre de ses 4 propositions étaient là, à l’étude et totalement dans un rapport d’échange entre lui et moi.

benedetto bufalino // tennis en appartement

20 septembre   31 octobre 2014

vernissage • samedi 20 septembre 2014

Interface poursuit son travail de promotion de l’art actuel en ouvrant son lieu à l’intervention de l’artiste Benedetto Bufalino qui, d’habitude coutumier de l’espace public, transforme pour l’occasion l’appartement/galerie dijonnais en un terrain de tennis…

Quand il parle de son travail, Benedetto Bufalino, un sourire dans la voix, est aussi sérieux qu’amusé. Son leitmotiv ? Rendre concret ce qui n’était encore jusque là qu’une intuition nébuleuse et produire ainsi de l’utopie réalisée. Car il s’agit bien de donner lieu à des formes inattendues, appelées à prendre position dans l’espace public par l’intermédiaire d’une technicité héritée sans aucun doute de sa formation de designer d’espace. C’est ainsi que, des arts appliqués à l’art contemporain, son intérêt pour le repérage de contextes ordinaires l’amène à produire en retour, en tant que plasticien désormais, des formes et des situations qui de détournements en manipulations interpellent par leur incongruité situationnelle et appellent à la participation, par leur dimension relationnelle.

appartement/galerie art contemporain à Dijon