Daniel_Buren_interface-0001

daniel buren // BJRV in situ – Actuellement

8 novembre 2014   17 janvier 2015

vernissage •  samedi 8 novembre 2014

Daniel Buren : Rencontre avec un format

Une correspondance est née en 2012 avec un moment clé le 14 septembre 2013 lorsque je reçois par mail un long message de DB transmettant son projet pour la page centrale du journal horsd’oeuvre n°32.

Cette page blanche, que l’on offre comme support aux artistes invités, a toujours été pensée pour Interface comme une extension à son activité de programmation d’expositions. Là où les propositions se cantonnent parfois à son simple format (59,4 x 42 cm, ce qui n’est déjà pas si mal !), DB a laissé le champ ouvert à 4 possibilités, complexités d’impression de sa création. Les mots employés par celui-ci étaient déjà au-delà du format, au-delà du journal et son travail de mise en espace présent malgré ce support en 2D. La générosité et la liberté de produire l’une ou l’autre de ses 4 propositions étaient là, à l’étude et totalement dans un rapport d’échange entre lui et moi.

10701974_10152250882911076_6311099505248148765_n

benedetto bufalino // tennis en appartement

20 septembre   31 octobre 2014

vernissage • samedi 20 septembre 2014

Interface poursuit son travail de promotion de l’art actuel en ouvrant son lieu à l’intervention de l’artiste Benedetto Bufalino qui, d’habitude coutumier de l’espace public, transforme pour l’occasion l’appartement/galerie dijonnais en un terrain de tennis…

Quand il parle de son travail, Benedetto Bufalino, un sourire dans la voix, est aussi sérieux qu’amusé. Son leitmotiv ? Rendre concret ce qui n’était encore jusque là qu’une intuition nébuleuse et produire ainsi de l’utopie réalisée. Car il s’agit bien de donner lieu à des formes inattendues, appelées à prendre position dans l’espace public par l’intermédiaire d’une technicité héritée sans aucun doute de sa formation de designer d’espace. C’est ainsi que, des arts appliqués à l’art contemporain, son intérêt pour le repérage de contextes ordinaires l’amène à produire en retour, en tant que plasticien désormais, des formes et des situations qui de détournements en manipulations interpellent par leur incongruité situationnelle et appellent à la participation, par leur dimension relationnelle.

simon_feydieu (18)

simon feydieu // la salle de baldes demoiselles coiffées

6 juin  icon-arrow-circle-right 19 juillet 2014

vernissage • vendredi 6 juin à partir de 18h

La salle de bal des Demoiselles coiffées (page u) utilisent un procédé de réhabilitation des débris de l’intervention. Une matériologie ad hoc donc. Un art du Finish Dusty. Connaissant bien l’économie des expositions, au sens de système et de régime, Simon Feydieu en exploite les processus aussi bien que l’esthétique. Il privilégie celle du montage créant des installations qui semblent en devenir ; le chantier avant ou après l’exposition. Jamais vraiment figé. Et en prolongement de cette esthétique du devenir, il fait souvent intervenir une composante temporelle liées à de la matière organique.

marteau-crayon-pinceau (9)

jad amalou, timothé defives et axel roy // Marteau, Crayon, Pinceau

30 janvier  icon-arrow-circle-right  15 février 2014

Ce qui traverse ces oeuvres d’étudiants de 5e année à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon, présentées, à la galerie Interface, c’est la méticulosité avec laquelle elles ont été construites. Durant leur processus de création il y a eu, pour chacune d’elles, un long temps d’élaboration où l’endurance de celui qui fabrique a été mise à l’épreuve.

supervueshouvertweb1

frédéric houvert // Supervues 013

13-14-15 décembre 2013
Nous vous donnons rendez-vous à Vaison-la-Romaine !
Cette année, nous avons invité Frédéric Houvert dans notre chambre, au n°36 !

 

 

dejodeweb12

sophie dejode & bertrand lacombe // la société étrange

7 DÉCEMBRE 2013  icon-arrow-circle-right 18 JANVIER 2014

(…) L’idée d’être écrasé par un simple pot de moutarde me paraissait fascinante. J’étais petit, mais moins qu’eux, c’était déjà ça. Cette sensation surprenante de distorsion sensible de ce qui nous sert de réalité ne se produit aujourd’hui qu’avec plus de parcimonie. Cela arrive quand, très rarement, je me rends dans un supermarché Métro et me surprends à rester en admiration devant un pot de cinquante kilogrammes de condiment. Cela arrive quand, encore plus rarement, je pénètre dans une exposition de Sophie Dejode et Bertrand Lacombe. On y trouve parfois de la moutarde, parfois des hot-dogs aussi (…).

jlaffonweb9

jérémy laffon // Collapse(s) (et autres systèmes déceptifs)

21 SEPTEMBRE  icon-arrow-circle-right 26 OCTOBRE 2013

Fondée sur des protocoles et des processus se développant selon des temporalités étirées ou fulgurantes, sur la répétition obstinée des actes et des procédures, la dimension performative du travail de Jérémy Laffon est manifeste. Récurrent dans son œuvre, le ping pong semblerait même offrir un paradigme à son commentateur.

HDweb6

hannah dougherty // that’s how strong my love is

8 JUIN  icon-arrow-circle-right  20 JUILLET 2013

Ce qui caractérise le travail d’Hannah Dougherty, c’est une sorte de taxonomie surréaliste si colorée et effrayante, capable de nous catapulter dans d’autres sphères. C’est comme si l’on regardait la vérité à travers un miroir déformant, on est dans l’étonnement ce qui ne nous empêchera pas de prendre du recul.

Voici donc le monde que nous peuplons avec notre culture, sur lequel nos corps laissent des empreintes. Ce monde nous le décryptons et l’imaginons grâce à nos codes sémantiques et iconographiques.

appartement/galerie art contemporain à Dijon