Archives de catégorie : chancelier de l’hospital

second lieu d’exposition d’Interface

laurette atrux-tallau

14 décembre 2002 – 1er février 2003

Outre son indéniable efficacité visuelle, le travail de Laurette Atrux-Tallau séduit le spectateur attentif par son souci de multiplier le temps au sein des images. Attardons nous dans cet univers ou formes colorées et multiplications décoratives sont quelques subterfuges bénéfiques à l’élaboration d’une œuvre qui mélange franchise et mystères. Les méthodes de travail de Laurette Atrux-Tallau sont à rapprocher de celle d’un chercheur. Son atelier peut se transformer en un laboratoire où elle serait une petite fille espiègle, s’attachant à observer des micro-événements dans la cuisine familiale.

marc couturier

20 octobre – 30 novembre 2002

Marc Couturier investit jusqu’au 30 novembre 2002 l’appartement galerie Interface, il réalise pour l’occasion une exposition au parfum définitivement poétique. L’art de Marc Couturier est empreint d’une légèreté qui laisse le visiteur face à des œuvres flottantes, qui expriment d’autant plus qu’elles sont souvent faites de peu de chose. « L’art c’est apprendre à voir », les œuvres exposées à Interface nous le racontent, l’artiste nous ouvre en grand les voies de l’imaginaire par le regard. Sa Barque virtuelle, embarcation navigant sur une ligne de flottaison aérienne nous invite dès l’entrée au voyage, à la fuite, à la découverte d’une œuvre sensible.

Clé de sol // jocelyn saint andré

7 septembre  icon-arrow-circle-right  5 octobre 2002

Dès l’origine, l’œuvre d’art re-présente le réel et elle n’a jamais vraiment quitté cette identité, même lorsqu’elle a mis en cause la figuration. C’est seulement alors le mode de re-présentation qui a changé. Le réel est resté le seul référent de l’œuvre, qu’il s’agisse de la couleur ou de la peinture dans sa matérialité, de l’objet dans son installation ou des procédures et protocoles de l’artiste. L’œuvre double en quelque sorte le réel et ainsi s’en distancie, comme si elle était, si peu que ce soit, un peu moins réelle que lui : elle est l’occasion d’une distance critique où s’enracine son sens.

Dans ce contexte, l’empreinte est davantage encore porteuse de cette aptitude à redoubler le réel que l’image : en redoublant aussi l’échelle et la matière de son référent, elle s’installe comme dans un peu plus d’inutilité face au réel, un peu moins de légitimité à lui appartenir à part entière.

rémi uchéda, marie maillard & rémi regazzoni

8 JUIN   icon-arrow-circle-right 27 JUILLET 2002

Après COMEBACK, l’exposition qui marqua le retour d’Interface avec un nouvel espace d’expositions et l’édition du catalogue raisonné des 5 ans d’expositions du premier lieu au 104, rue de Mirande : nous invitons pour l’été 3 jeunes artistes représentatifs de notre volonté critique d’une programmation complémentaire aux milieux institutionnels et marchands de l’art contemporain en France.