Archives par mot-clé : pierre-yves magerand

nicolas rouah / pierre-yves magerand // une partie de campagne

 5 juin 2015

Une Partie de Campagne  Chassagne-Montrachet & Chagny

ven. 02 de 16h à 19h • sam. 03 de 10h30 à 13h // 14h à 19h • dim. 04 de 10h30 à 13h // 14h à 19h • lun. 05 de 10h à 17h • entrée libre

Pour cette édition 2017, Une partie de campagne s’installe à Chassagne-Montrachet et Chagny. 11 galeries dans 8 lieux du village.

Nous y présenterons les oeuvres de Nicolas Rouah (peintures) et de Pierre-Yves Magerand (sculptures et dessins) dans les salons du Château de Chassagne-Montrachet.

plus d’infos : www.updcart.com

10 ans de Chancelier ! une exposition au goût de Mirande // Véronique Verstraete, Pat Bruder, Philippe Cazal, Sandra Foltz, Agnès Geoffray, Jean-François Guillon, Pierre-Yves Magerand, Jean-Marc Nicolas, Maxime Touratier, Laurent Sfar, Frédéric Buisson, Olivier Nerry.

14 avril – 26 mai 2012

Le 27 avril 2002, Interface inaugurait sa première exposition dans son second appartement situé au 12 rue chancelier de l’hospital à Dijon. À cette occasion, Frédéric Buisson et Olivier Nerry avaient souhaité rejouer les débuts de leur activité du « 104 rue de Mirande ». L’exposition appelée come back selfportaits consistait à accrocher des petits miroirs dans l’appartement. A la différence de l’exposition inaugurale d’Interface de 1995, le public était aussi invité à dessiner son autoportrait.

En 10 ans de vie dans le 2ème appartement, l’équipe d’Interface a organisé pas moins de 59 expositions et accueilli 320 artistes. Des artistes de toutes les générations se sont succédé. Leur point commun étant d’avoir pensé un projet pour cet appartement et d’y avoir parfois résidé.

PIERRE-YVES MAGERAND // DE PARTICULIER À PARTICULIER

11 Novembre  2 Décembre 1995

La chute, un sol parsemé de pétales de roses crée un espace où se construit l’intimité et la connivence, investissant la fragilité des relations et des échanges.

Entre nous, support mobile constitué de cartes postales de personnes ayant répondu à “quel est l’élément ou l’objet qui vous soit le plus cher ?” ; s’inscrit comme un pont d’ancrage dans cette multitude d’espace-temps qu’elle évoque et qu’elle nous charge de réactiver.